Améliorer ma vie… Les surprenants débuts !

21 April 2020 0 By Emma HYSAË

🌸  www.améliorer-ma-vie.com : les surprenants débuts 🌸 

 

En septembre 2018, je donnais naissance à mon Blog, www.ameliorer-ma-vie.com.

C’était la rencontre de mon envie d’écrire (présente depuis toujours), de ma formation de Coach via la PNL, de mes quasi 20 ans de psychanalyse dans laquelle je suis engagée avec passion.

Et aussi de la colossale somme d’efforts pour survivre et me régénérer après plusieurs relations toxiques, dont je voulais témoigner afin de transmettre, autant que possible, ce qui m’avait permis de me sauver.

Dans mon désir d’améliorer ma propre vie, malgré un début rapide de ce Blog, des idées de contenu innombrables, l’opportunité de recommencer à dessiner, un premier Webinar en ligne dès octobre 2018, renouvelé en novembre 2018… j’ai choisi de redonner provisoirement priorité à mon chemin musical.

Pendant une année de plus, j’ai développé mon activité de chanteuse afin de la rendre suffisamment dynamique pour y créer les temps nécessaires à la rédaction et à l’illustration sereines, de mes contenus de Blog.
Et de libérer du temps pour le coaching.
Plus le temps passait, plus je ressentais l’envie de passer plus de temps chez moi, à écrire, me promener, m’occuper de mes animaux, tout autant que de faire des tournées de concerts.
Le coaching et le blogging s’inséraient merveilleusement dans cette nouvelle orientation globale.

Il y avait aussi ce projet de livre qui me tient à cœur depuis des années, et qui cherche encore la forme définitive qu’il prendra.

2019 a été une année de progression, éreintante mais satisfaisante en termes de création de spectacles, de prospection, de rencontres et de pérennisation d’amitiés avec nombre d’équipes d’animateurs-trices, en EHPAD, mes lieux de spectacles de prédilection.

J’ai aussi eu la chance de rencontrer une artiste avec qui j’ai monté un duo de chanteuses au mois de juillet.

Décembre 2019 a été un point d’orgue où j’ai eu la chance de tourner énormément, plus encore que les dix dernières années à la même période.

S’en est suivi un mois de janvier 2020 intense pour de nouvelles créations de costumes, et, pensais-je alors, un redémarrage en double activité :
une partie du temps sur les routes, et au plus vite, la reprise de mon Blog pour lequel j’avais pu acheter, l’été dernier, une tablette graphique Wacom afin de
l’illustrer moi-même.

Pour la semaine du Carnaval 2020, mes tenues terminées de la veille, j’ai lancé dans une tournée de sept jours ma nouvelle édition de « La Malle aux Costumes », un spectacle chanté et illustré par des tenues accordées aux thème des chansons.

Ça allait être une semaine épuisante après laquelle j’avais prévu de me reposer, pour entrer dans un rythme plus calmement réparti, pour la suite de l’année.

Et écrire ! Finaliser tous les articles déjà commencés et en attente sur mon ordinateur et mon dictaphone depuis un an et demi !

La vitesse de croisière tant désirée au fil de toutes mes années de travail acharné, pointait le bout de son nez.

La tournée fut joyeuse et enjouée, mais déjà sous l’ombre d’une menace sanitaire encore diffuse, en ces derniers jours où l’insouciance paraissait encore une option possible.

Déjà on parlait, depuis fin janvier en Chine, et depuis la mi-février à La Balme de Sillingy, de ce qui dans les semaines suivantes, allait se révéler une catastrophe qu’on ne pouvait encore se représenter. 

Pour la plupart, nous hésitions entre des scénarii apocalyptiques qui nous semblaient trop relever de la fiction, et la certitude plébiscitée à l’époque, que ce serait probablement un équivalent à la grippe saisonnière.

Aujourd’hui 20 avril 2020,  le confinement est mondial, et la catastrophe, la pandémie de Covid19, submerge le globe.

Me voici comme tant d’entre nous, mon activité professionnelle oblitérée en quelques jours.

Mais surtout en proie à la peur, pour l’avenir, et la santé des gens qui me sont chers.

Ainsi qu’à l’horreur d’apprendre ces destins broyés dans une machine qui a aggravé par son fonctionnement inhumain, ce qui aurait déjà été extrêmement grave sans les décisions dommageables qui ont été prises.

Et ironie du sort, car je fais partie des gens immobilisés chez eux, certes en cessation d’activité, mais dans le même temps dans une relative sécurité, avec le temps d’écrire.

Comme pour beaucoup d’entre nous, la situation traumatique se vit au jour le jour et selon les capacités de l’instant, aussi j’ignore si cet article sera le premier d’une longue série, ou juste un sursaut sur ce projet qui me tient depuis quasiment une dizaine d’années.

Les contenus sont là, ils veulent prendre vie.
Trouver du sens, faire un pas de plus, maintenir la vie, entretenir l’espoir…
Autant que possible.
Faire de son mieux…
Sans injonction, sans objectif démesuré, trouver sa propre mesure et
sa propre capacité de reconstruction au fur et à mesure.

Et aussi, continuer de s’intéresser aux questions cruciales qui structurent nos vies, la relation à soi et à autrui.

En ce qui me concerne, la mise en lumière des mécanismes toxiques, et la meilleure façon de s’en protéger.
Pour aider celles et ceux qui ne savent comment en sortir, voire ne savent pas que c’est cela qui détruit leur vie à petit feu.

J’ai longtemps souhaité produire un certain type d’articles, disons, traditionnels, en ce qui concerne le coaching.
Mais je n’arrivais pas à me décider à émettre des avis, et encore moins des conseils.

Il n’est pas exclu que cette problématique ait retardé voire empêché, la rédaction de courts billets d’humeur que j’aurais pu poster au fur et à mesure de cette année écoulée.

Et justement !

J’ai découvert cette semaine, que je me sens plus d’écrire, à ce jour, des billets d’humeur, que des articles.
Les sujets traités seront les mêmes, mais sous une forme qui me permettra d’échapper à un certain académisme.

Afin de partager des ressentis, de l’expérience, des questionnements, de créer du lien en nous reconnaissant, peut-êtres, dans nos vécus comparables.

Mais je suis certaine d’une chose : plus que jamais je rejette l’idée de me poser en gourou du bien-aller coercitif !
(C’est d’ailleurs pour cela que, depuis le début que je me définis comme coach alternative !)

Vous qui vous êtes abonnés aux premiers jours de mon blog, et devez recevoir avec surprise ce premier article, je voulais vous remercier en tout premier lieu, de votre confiance !
Et vous présenter mes excuses si vos attentes ont été temporairement déçues !

Vous expliquer aussi, par ces quelques lignes, quelles circonstances ont accompagné la mise entre parenthèses et la maturation de ce Blog.

Car comment Améliorer-Ma-Vie sans suivre moi-même, le chemin qui allait me permettre de donner le meilleur ?

Vous dire aussi que j’espère de tout coeur que cette pandémie vous épargne autant que possible, vous, vos proches, votre travail, votre avenir.

Que vous réussissez à vous protéger dans cette tempête dont, je l’espère, nous sortirons finalement pour découvrir ou re-créer un monde.

Je vous souhaite le meilleur  ! 

Emma Hysaë